Warning: file_put_contents(): Only 0 of 63783 bytes written, possibly out of free disk space in /home/eartheconet/public_html/templates/meet_gavern/lib/framework/lessparser.php on line 1893
EarthEco - Stop Au Credit Renouvelable
Main menu
Stop Au Credit Renouvelable

Stop Au Credit Renouvelable

reformer le secteur du creditPour une réforme profonde du prêt renouvelable en France

Pas facile de se mettre en tête qu'un jour, nos sociétés occidentales seraient en mesure de s'émanciper totalement du système bancaire traditionnel. Cela va de soi, l'emprunt étant jusqu'à aujourd'hui la méthode de financement la plus répandue et la plus rationnelle que l'on connaisse. Faire la chasse au crédit et à la pratique de l'usure, c'est s'en prendre à ce qui a donné la possibilité de construire des trésors de notre patrimoine, mais aussi à l'essor de nos fleurons industriels qui se targuent de figurer parmi les plus dynamiques en terme d'embauches. En théorie, le fait de s'endetter n'est pas un problème en soi, mais la profusion de prêt à la consommation est par contre un fléau contre lequel il faudra tôt ou tard s'attaquer.

En quoi le prêt renouvelable pose-t-il problème ?

Que ce soit pour des acquisitions immobilières ou pour une création d'entreprise, il y a des projets qui ne peuvent se réaliser sans l'apport d'un emprunt. La demande de crédit personnel est dans bien des cas nécessaire lorsque l'épargne des ménages est insuffisant pour l'achat d'une nouvelle auto ou pour rénover un appartement. En fait, le crédit n'a pas à être critiqué lorsqu'il fait naître un projet précis et vraiment utile à long terme pour une personne ou pour une communauté (mais seulement si le taux d'intérêt reste correct). Si le dossier de l'emprunteur est pertinent et qu'il apporte en plus les documents demandés en guise de garanties pour son banquier, il ne devrait pas avoir trop de problèmes à obtenir son prêt. Toutefois, les prêts de type revolving (aussi appelés « réserves de crédit ») sont ceux qui créent le plus de dégâts dans les familles. Ces types de crédit favorisent grandement les dérives, en raison d'abord de leurs taux extrêmement élevés (autour des 20% en moyenne), mais également par leur système de « réserve d'argent » qui se remplit au fur et à mesure des échéances. Plutôt rapide et facile à obtenir, cette réserve donne la possibilité aux acheteurs de régler leurs achats en grande surface ou sur internet par le biais d'une carte de paiement sur laquelle se trouve la marque de la société de crédit. Là où il y a danger, c'est que ces cartes sont une énorme tentation à l'excès, sans se soucier du niveau de remboursement demandé. Dans le cas où aucune mesure de plafonnement drastique des taux, voire une suppression nette de cette pratique n'est exprimée, alors le sur-endettement a encore de beaux jours devant lui en France.

Une abrogation devrait pousser les prêteurs à mener une réflexion sur de nouvelles formules de crédit moins addictives.

Si les banques ferment le robinet du crédit, quelles conséquences ?

D'abord, la suppression du prêt renouvelable serait une mauvaise nouvelle pour la grande distribution et les commerçants plus globalement. Pour s'équiper en télévision, électroménager ou ameublement, beaucoup de personnes ont recours Stop au credit a la consommation revolving crédit renouvelable. Le problème est que les organismes tels que Cofinoga ou Cetelem pourraient ne pas vouloir mettre à jour leur gamme de crédits, par exemple le fait de remplacer le crédit revolving par un prêt personnel de faible montant.
Il faudra donc trouver assez vite des solutions d'urgence.

Dans cette idée, il est possible d'imaginer que l’État vienne en soutien des acteurs de la distribution (grande, petite et en ligne) pour la création d'un établissement de crédit de « métier ». Ce nouveau service obtiendrait l'appui de l’État et sa fonction serait de proposer des offres de prêt personnel entre 500 et 2000 euros pour chaque client souhaitant payer à crédit ses achats. La gestion pourrait être attribuée à une agence semi-publique ou à une société spécialisée en prêt à la consommation et les administrateurs auraient un large pouvoir de décision. Si le projet voit le jour, il est possible d'imaginer que les consommateurs se voient attribuer une carte de crédit associée à leur prêt, mais sans le système de réserve d'argent. Ainsi, ceux qui participeront à cette nouvelle banque seront copropriétaires de leur outil de financement.

Autre alternative, travailler au développement du crédit entre particuliers en soutenant la création d'une plateforme nationale de mise en relation. Avec cette plateforme, les emprunteurs seraient amenés à faire une simulation suivie d'une demande de crédit en direct. Après étude du dossier, les investisseurs accepteraient ou pas d'octroyer le prêt personnel. Le développement d'une telle plateforme est facilement réalisable d'un point de vue matériel. Cependant, et pour que le grand public adhère à ce projet, une importante campagne marketing sera nécessaire.


L'ultime idée serait à négocier avec la Banque Centrale Européenne afin qu'elle accepte de capitaliser les établissements publics de crédit. L'aspect positif d'une telle démarche, c'est que les fonds investis transiteraient dans l'économie réelle et quotidienne au lieu de servir à spéculer sur les marchés boursiers. Website URL: